Nouveaux produits

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Votre compte





Mot de passe oublié ?

Nouveau Au diable la culpabilité

Au diable la culpabilité

#9782889115105

Nouveau

1Article

Yves-Alexandre Thalmann

Extrait de l'introduction

Longtemps, je me suis senti coupable. Coupable de faire certaines choses, coupable de ne pas en faire d'autres, coupable d'entretenir certaines pensées, coupable d'émotions réprouvées, d'envies inavouables, coupable de n'être pas assez ceci ou trop cela... Les raisons de me sentir coupable ne manquaient pas. Longtemps, je me suis accommodé de cette culpabilité. Jusqu'au jour où elle est devenue insupportable.

À l'époque, j'avais déjà quitté le nid familial depuis quelques années. Ma mère, avec qui j'avais gardé un contact étroit (le cordon ombilical n'avait pas été coupé, en langage psy), allait de plus en plus mal. Il faut savoir que cette femme n'avait pas le contact facile. Fruit d'une éducation dans laquelle on ne devait pas déranger les autres, il lui coûtait de rencontrer du monde, même si elle le souhaitait ardemment. Je crois qu'une seule main suffisait pour compter tous ses amis. Par conséquent, elle se plaignait souvent d'être seule, de n'avoir personne avec qui partager. À l'exception de sa famille, bien sûr !

A partir de cet instant, le cercle vicieux s'est progressivement installé : comme elle se plaignait d'être seule et qu'elle n'arrivait pas à rencontrer d'autres gens, j'allais régulièrement la trouver. Je lui proposais des sorties, des balades, je l'emmenais lorsque je choisissais une activité qu'elle appréciait. J'étais son fils, quand même ! Je devais faire quelque chose pour ma mère... Elle affectionnait beaucoup ces moments passés ensemble et elle me le faisait savoir. Mais je me rendais compte que malgré tout cela, ma mère n'allait pas mieux. En fait, elle s'enfonçait de plus en plus dans la dépression. C'est là que j'ai commencé à me sentir coupable de ne pas aller la trouver plus souvent. Je me disais : «Vas-y, cela ne représente pas une grande charge pour toi, et cela lui fait tellement plaisir.» L'équation était toute simple : je lui rendais visite, elle semblait mieux, je n'y allais pas, elle était mal. Vu de cette façon, quel monstre aurais-je été de ne pas y aller ! À part que cela devenait de plus en plus lourd, que cela me prenait de plus en plus de temps et d'énergie, que mon propre couple en souffrait de plus en plus. Ah oui, j'ai oublié de le préciser : je m'arrangeais pour que ma fiancée m'accompagne lors de mes visites chez ma mère. Et il n'était pas rare que je propose à cette dernière d'être de la partie lorsque nous sortions en couple. Peu importe ce que je projetais, je pensais immédiatement à impliquer ma mère. Et quand je ne le faisais pas, je me sentais coupable ! J'en étais arrivé au point où j'avais l'impression d'être quasiment le seul sur Terre à pouvoir l'aider. C'est à ce moment-là que j'ai craqué : mon couple venait d'éclater, et malgré tous mes efforts, ma mère n'allait pas mieux. La dépression était au rendez-vous, mais pour moi cette fois-ci. Cette dépression a été une chance, je peux l'affirmer aujourd'hui ! Pourquoi ? Je me suis rendu compte que je n'avais pas suffisamment de ressources pour sauver l'humanité, ni même pour sauver deux personnes. Juste de quoi en tirer une seule d'affaire, dans le meilleur des cas. Et j'ai décidé que cette personne, ce serait moi, au risque de laisser sombrer ma mère.

Plus de détails

119.00 Dhs

+ -

AuteurYves-Alexandre Thalmann
EditeurJouvence
Date de parution14 juin 2014
CollectionPoches
EAN9782889115105
Nombre de pages256 pages

Donnez votre avis

Donnez votre avis

Déjà vus

Rouleau